\n\t
 

Liverpool

John W. Henry doit surement se poser la question « Dans quoi me suis-je fourré ? ». Après deux ans et demi sous le contrôle de Fenway Sports Group, Liverpool a encore terminé en dehors du Top quatre. En effet, la dernière fois qu'ils étaient dans le Top Six, remonte à 2009. Toutefois, cela ne surprend pas vraiment.

Brendan Rodgers est un coach « modèle ». Il a un style, il a une structure et il veut les reproduire à tous les niveaux de son club de football. C'est une bonne chose en ce sens que cela crée une plateforme stable pour l'avenir. Toutefois, cela est mauvais en ce sens que son style ne peut être imposé avec succès de façon immédiate. Les nouveaux systèmes apportent de nouveaux problèmes, et Liverpool à beaucoup lutté pour s'habituer avec la nouvelle idéologie. En effet, ce n'est que le 29 septembre que Liverpool a gagné un match de Première League, et ils ont dû attendre le printemps avant d'enchainer trois victoires consécutives en Championnat.

Pour la grande partie de la saison, ils ont joué comme des forcenés, luttant de toutes les forces pour arriver à vaincre leurs rivaux. Toutefois, tout ceci était sans surprises, vu que l'équipe était dans une phase de transition, même s'il n'y a aucune excuse valable pour des résultats tels que la défaite à domicile contre Aston Villa en décembre. L'inconsistance, malheureusement, est un mal typique des clubs en transition qui abordent une nouvelle saison.

Rodgers a eu toute une année pour construire les fondations, mais maintenant il a besoin de pousser. L'ancien patron de Swansea dispose d'un bon jeu, et il y a certaines raisons qui rendent optimiste, surtout après le recrutement de Philippe Coutinho et de Daniel Sturridge. Maintenant, ses paroles doivent être suivies de résultats. Les supporters de Liverpool ont pour la plupart montré une patience admirable cette saison, mais s'ils commencent la saison prochaine comme ils ont commencé celle-ci, cette patience risque de s'épuiser. Les échecs de cette année peuvent être attribués à l'expérience. La saison prochaine, ils auront besoin de pousser pour se faufiler dans le Top Quatre.