\n\t
 

Manchester City

Défendre le titre était dès le départ difficile à faire pour City. Pendant qu'United s'était puissamment renforcé avec l'acquisition de Van Persie, les nouvelles recrues de City à savoir Jack Rodwell, Javi Garcia, Scott Sinclair et Maicon semblaient être des soustractions par additions. Les champions se sont retrouvés derrière leur implacable rival de ville, disputant une campagne européenne qui a été au final un échec total.

En août dernier, l'entraineur Roberto Mancini a éveillé l'opinion publique en déclarant que son équipe devrait être considérée comme « troisième ou quatrième favori pour le titre ». La façon dont il a changé la formation, jouant avec trois arrières et le fait qu'il ait publiquement fustigé ses joueurs ont fait croire que cette prophétie pouvait se réaliser. L'équipe de City a été tout simplement incohérente sur le plan défensif, et ils ont inscrit 27 buts de moins que la saison au cours de laquelle ils avaient remporté le titre. La colonne vertébrale autrefois influente composée de Joe Hart, Vincent Kompany, David Silva et Sergio Agüero est soudainement apparue comme ordinaire.

Malgré un nombre incalculable de célébrités, de David Hasselhoff à Tom Cruise, qui ont défilé dans Etihad, l'équipe de City n'a jamais été en mesure de secouer sa pâleur peu convaincante. Au moment où le club annonçait une perte de 158 millions d'euros, l'écharpe chanceuse de Mancini a commencé à ressembler à un nœud coulant. Le club et son entraineur se sont finalement séparés alors qu'il y avait encore deux matchs à jouer, l'italien payant le prix d'une saison au cours de laquelle la seule chose qu'il ait remportée fut un terrain d'entrainement de bagarres avec le partant Mario Balotelli.

Lorsque City avait besoin de marquer un but, le plan A était de passer le ballon au géant Ivoirien et de lui donner toutes les ressources nécessaires pour assiéger les adversaires telle une tour de siège s'élançant depuis le milieu du terrain.

Avec l'arrivée d'un imminent nouvel entraineur et une infusion de signatures attendues, beaucoup comptent sur les capacités du directeur de football Txiki Begiristain pour exorciser la négativité qui a terni le club.