\n\t
 

Manchester

Manchester United n'a pas seulement battu ses rivaux à la ligne d'arrivée. Ils ont poussé l'accélérateur à fond dès le début, et ils ont laissé tout le monde étouffer dans la poussière. À part leur défaite de novembre à Norwich et leur bourde d'avril contre Manchester City, ils sont demeurés invaincus, remportant 16 sur 18 de leurs matchs. Et pourtant, personne n'aurait pu se douter d'un tel résultat, vu la façon dont ils ont perdu leur premier match de saison à Goodison Park. Personne n'aurait non plus deviné que le victorieux coach David Moyes finirait par remplacer son compatriote à Old Trafford, mais ça c'est une toute autre histoire.

C'était simplement une réponse typique des Red Devils, une riposte énergique au but de Sergio Aguero qui a donné le titre à son équipe l'année dernière. Même s'ils ne pourraient jamais être décrits comme l'une des plus grandes équipes de Sir Alex Ferguson, l'équipe de 2013 était certainement l'une de ses plus résolues et compactes. En effet, à de nombreuses reprises, ils ont dû mettre les bouchées doubles pour obtenir la victoire, obtenant ce qu'il faut pour engranger des points, même lorsqu'ils ne jouaient pas particulièrement bien. Ils ont gagné de nombreux matchs par un petit score comme si leur succès était prédéterminé.

Cela parait difficile à imaginer aujourd'hui, mais certains doutaient de la sagesse du transfert de 25 millions £ pour Robin van Persie. Le Néerlandais avait plusieurs blessures à son actif et n'avait pas effectué plus de 30 matchs de championnat en une seule de ses huit saisons passées avec Arsenal. Toutefois, les sceptiques avaient tort. Non seulement Van Persie est resté en forme, mais il a marqué librement et dans de nombreux cas de manière spectaculaire. Il a joué comme s'il avait été à Old Trafford toute sa vie, nouant un lien immédiat avec son coach. Pas étonnant que Roberto Mancini ait été bouleversé lorsque ses supérieurs n'avaient pas réussi à trouver un accord avec Van Persie pour Manchester City.

La bonne nouvelle pour Moyes est qu'il y a certainement place à amélioration dans cette équipe d'United. Par exemple, un milieu de terrain défensif très combatif aiderait beaucoup l'équipe. La mauvaise nouvelle, c'est que son prédécesseur a un exceptionnel palmarès de succès qui ne sera jamais égalé, et les comparaisons sournoises iront bon train. Comme toute personne devant combler un vide de cette taille, Moyes devra travailler dur pour renforcer sa position, et il devra prier pour que les fans de United adhèrent à la demande de Ferguson de supporter le nouveau coach.