\n\t
 

Sunderland

Martin O'Neill est arrivé au Stade de la Lumière un peu comme un messie, et il a quitté 15 mois plus tard avec sa réputation d'entraineur en lambeaux. Une course brutale de huit matchs qui n'a rapporté que deux points l'a achevé en avril, et l'équipe était en chute libre vers la zone de relégation.

L'équipe d'O'Neill avait été paralysée par des blessures subies par des joueurs clés dont Lee Cattermole et Steven Fletcher, et son dévouement au système de contre-attaque avec une équipe manquant à la fois de vitesse et d'une force de but était quelque peu infondé. Un O'Neill aux abois a quitté le club, en se plaignant de la médiocrité de son équipe.

Paolo Di Canio, le technicien non-conformiste italien, dont l'admiration pour le fascisme de Mussolini a enveloppé sa nomination de controverses, est arrivé. Les victoires ont tout changé. Di Canio a pu redynamiser Stéphane Sessegnon et Adam Johnson, deux grands joueurs qui avaient fourni des performances médiocres sous la gestion d'O'Neill. En cajolant ses joueurs avec une cordialité exubérante, l'Italien a permis à un Sunderland reconnaissant de retrouver une position de sécurité, célébrant chaque but avec une théâtralité séductrice.

Bien qu'il soit un prêt de Tottenham, Rose est souvent apparu comme le joueur le plus attaché à la cause de Sunderland.

L'équipe de Sunderland a été une plaque tournante au cours des quatre dernières saisons. Di Canio a pu donner à l'équipe un nouveau souffle de vie. Toutefois, réussir à créer la stabilité à moyen terme reste à voir.